Logo facettes

Médecin malgré lui

Léonard s’intéresse à l’anatomie humaine, mais lire des textes ou étudier les traits d’un modèle, ce n’est pas suffisant. Ce qu’il veut, c’est comprendre l’envers du décor, et le fonctionnement du corps en entier. Rien que ça.


Il n’y a pas trente-six moyens d’étudier l’anatomie… il faut disséquer ! L’Église ne voit pas d’un très bon œil les recherches de Léonard, par exemple celles sur la vie du fœtus, car elles pourraient remettre en cause la version officielle du Vatican. Poussé par le désir de savoir, Léonard multiplie dessins et études.

À gauche : 

Léonard de Vinci, Analyse anatomique des mouvements de l'épaule et du cou,

vers 1509-1510, plume et lavis brun sur pierre noire, 29,2 x 19,8 cm, Royal Library, Windsor Castle, Royaume-Uni

À droite : 

Léonard de Vinci, Étude du fœtus dans le ventre de sa mère,

vers 1510, plume, lavis brun et sanguine, 30,4 x 22 cm, Royal Library, Windsor Castle, Royaume-Uni

Voir en grand

La soif de connaissance de Léonard le pousse à chercher toujours plus loin, au risque de déplaire à l'Église.